Le Conservatoire botanique national de Bailleul
Accueil > Le CBNBL > Nos actualités
Publié le 18 décembre 2014
Augmenter la taille des caractères Réduire la taille des caractères Inserez cet article dans votre blog

Etat d’avancement de l’étude « hautes terrasses de la Seine » en Haute-Normandie

Le Conservatoire botanique national de Bailleul poursuit le travail initié en 2010, d’inventaire et de cartographie de la flore et des végétations des hautes terrasses alluviales de la vallée de la Seine normande. Ce territoire répartit le long de la Seine, compte 20 secteurs situés entre Conteville et Vernon.

Cette étude, cofinancée par le fond FEDER de l’Union européenne, la DREAL Haute-Normandie, la Région Haute-Normandie et le Conseil général de l’Eure, est la poursuite de celle menée entre 2003 et 2006 sur les basses et moyennes terrasses alluviales de la vallée de la Seine. Cette étude est menée en partenariat avec le Conservatoire des espaces naturels de Haute-Normandie, qui réalise les inventaires entomologiques.

Concernant le volet flore et végétation, l’inventaire floristique s’est achevé en 2013 et les végétations ont été cartographiées sur plus de 16 500 ha, représentant une couverture approchant 94% de la surface totale. Ainsi ce sont plus de 10 000 données floristiques et plus de 400 relevés phytosociologiques qui ont été saisis.

La végétation

L’inventaire et la cartographie des végétations ont permis de mettre en évidence 45 alliances phytosociologiques auxquelles s’ajouteront celles qui sont en cours de caractérisation d’après les relevés phytosociologiques. Parmi les végétations les plus représentatives de ces hautes terrasses alluviales de la vallée de la Seine normande citons :

-  le Thero - Airion, pelouse thérophytique sur sables acides,
-  le Galio saxatilis - Festucion filiformis représenté par le Galio hercynici - Festucetum tenuifoliae, pelouse vivace acidiphile ;
-  l’Ulicion minoris représenté par le Calluno vulgaris - Ericetum cinereae, lande sèche acidiphile. Toutes ces végétations se localisent assez fréquemment sur les layons des grands massifs forestiers. Dans ce même contexte mais plus sporadiquement, se trouvent également :
-  le Radiolion linoidis représenté par le Centunculo minimi - Radioletum linoidis, végétation pionnière rase mésohygrophile acidiphile, dominée par des plantes annuelles ;
-  le Violion caninae représenté par le Polygalo vulgaris - Caricetum caryophylleae, pelouse vivace acidicline. Les végétations précitées sont toutes oligotrophiles et d’intérêt patrimonial en Haute-Normandie.

Végétation des cultures

Dans les cultures, les végétations les plus caractéristiques des terrasses sableuses acides relèvent du Scleranthion annui, végétations messicoles silicicoles représentées par :

-  le Sclerantho annui - Arnoseridetum minimae ;
-  le Papaveretum argemonis ;
-  le Aphano arvensis - Matricarietum recutitae.

La flore

Parmi les espèces végétales intéressantes relevées depuis le début des inventaires citons :

-  Montia minor, petite annuelle jusqu’alors présumée disparue en Haute-Normandie, inventoriée sur un layon forestier frais et humide de la commune de Jumièges ;
-  Nitella opaca, première mention régionale de cette characée assez discrète, découverte au sein d’une mare temporaire sur la commune de Martot ;
-  Pyrola rotundifolia, observée dans une bétulaie sur sables à Conteville ;
-  Illecebrum verticillatum, annuelle discrète découverte sur un layon forestier frais à Venables,
-  Lobelia urens et Achillea ptarmica observées sur les layons forestiers frais dans le secteur de Vernon rive gauche ;
-  Trifolium ochroleucon, espèce vivace découverte sur une pelouse d’un accotement routier dans le secteur de Vernon rive gauche ;
-  Arnoseris minima, annuelle messicole silicicole recensée à Anneville-Ambourville.

Les espèces exotiques

Parmi les quelles espèces exotiques rencontrées citons :
-  Crassula helmsii, espèce exotique envahissante découverte dans un bassin à Notre-Dame de Gravenchon ;
-  Epilobium brachycarpum, espèce originaire du continent nord-américain, présente en populations denses et sur de grandes surfaces dans les carrières de Criquebeuf-sur-Seine et Martot. L’expansion de cette espèce est à surveiller dans la région.

Le futur

L’année 2015 verra la fin de ce programme d’inventaire des hautes terrasses alluviales de la vallée de la Seine. Il aura permis d’améliorer considérablement la connaissance des patrimoines floristiques, phytocénotiques et entomologiques, sur ces territoires jusque-là méconnus. La compilation de ces résultats avec ceux obtenus précédemment sur les basses et moyennes terrasses de la Seine constituera un outil stratégique pour mesurer les enjeux de conservation et alimenter les réflexions sur les politiques environnementales et d’aménagements du territoire sur l’ensemble des terrasses alluviales de la Seine.


Jolie plante
illustrations de pied de page
CBNBl - Hameau de Haendries - F - 59270 Bailleul - Tel. 03.28.49.00.83 - Fax. 03.28.49.09.27 - Mel. infos@cbnbl.org