Le Conservatoire botanique national de Bailleul
Accueil > Le CBNBL > Nos actualités
Publié le 17 mai 2013
Augmenter la taille des caractères Réduire la taille des caractères Inserez cet article dans votre blog

Projet ARCH de cartographie interrégionale des habitats naturels (troisième et dernière partie)

Le troisième volet du projet ARCH (voir première et deuxième parties) a concerné l’exploration des nouvelles technologies pour la mise à jour ultérieure de la cartographie des habitats.

Cette étude a été confiée, comme pour le premier volet, au bureau d’études SIRS (associé à Flasse Consulting) en lien avec le réseau Eurisy , organisme qui a pour objectif de faciliter l’accès des acteurs professionnels aux technologies et services des satellites.

Le travail a donc consisté à explorer les technologies utilisables en télédétection à partir de capteurs existants ou qui seront disponibles prochainement, essentiellement sur des satellites (SPOT-5, SPOT-6/7, RapidEye, Sentinel-2, etc.).

Différentes longueurs d’ondes sont utilisées, du visible à l’infrarouge (proche et moyen infrarouge et red-edge), mais ce qui apparaît surtout intéressant, c’est de pouvoir bénéficier de couvertures de ces satellites à différentes périodes de l’année afin de discriminer certains habitats en fonction de la phénologie de la végétation ou de l’humidité des sols par exemple.

Ces technologies devraient permettre la mise à jour de la cartographie des habitats, mais également d’affiner notablement la caractérisation de certaines couvertures végétales dont la reconnaissance par photo-interprétation a été jugée très problématique (24 postes de légende sur 64 sont considérés comme difficiles à très difficiles à interpréter, parmi lesquels les prairies humides et d’autres végétations hygrophiles représentent de forts enjeux régionaux sur le plan écologique et patrimonial).

Des scénarios de mise à jour et de confortement de la cartographie ARCH ont donc été élaborés et testés sur des échantillons des deux territoires régionaux (Nord-Pas de Calais et Kent).

Il s’avère que dans la majorité des cas de figures, il y aurait nécessité de conserver une partie du travail de cartographie par photo-interprétation, y compris avec des calages et des validations sur le terrain.

Par ailleurs, en complément du travail de cartographie des habitats, un outil de calcul des indices de fragmentation des écosystèmes a été mis au point (pré-étude réalisée par le prestataire anglais exeGesIS et mise au point de l’outil par GeoData Insititute de l’université de Souphampton).

Cet outil informatique a été développé sur la base du logiciel libre Quantum GIS et permet d’évaluer, sur la base de la cartographie ARCH, les niveaux de fragmentation et de connectivité vis-à-vis d’espèces « génériques », c’est-à-dire d’espèces plus ou moins représentatives d’un type de milieu.

Le logiciel est prévu pour être paramétré en fonction d’éventuels besoins spécifiques des utilisateurs.

D’ores et déjà, il vise, sur un territoire donné, à évaluer l’impact que pourrait avoir un projet d’aménagement conduisant à une artificialisation des milieux (zone d’activités, route, lotissement, etc.), ce qui pourrait aussi permettre de mieux localiser ou dimensionner le projet. Mais il rend également possible l’identification des corridors existants ou potentiels permettant de relier des réservoirs de biodiversité ou d’autres milieux naturels à semi-naturels dignes d’intérêt.


Jolie plante
illustrations de pied de page
CBNBl - Hameau de Haendries - F - 59270 Bailleul - Tel. 03.28.49.00.83 - Fax. 03.28.49.09.27 - Mel. infos@cbnbl.org