Le Conservatoire botanique national de Bailleul
Accueil > Le CBNBL > Qui sommes-nous ?
Augmenter la taille des caractères Réduire la taille des caractères Inserez cet article dans votre blog

Quatre grandes missions, de l’identification à la préservation des végétaux et de leurs habitats

Historiquement, quatre grandes missions ont été confiées au CBNBl. Complémentaires pour la préservation de la biodiversité, elles concernent autant l’expertise scientifique que la sensibilisation aux écosystèmes et la préservation de nos environnements naturels.

Dans l’objectif de fournir une expertise unique pour la préservation de la biodiversité, le CBNBl oeuvre depuis sa création pour une étude contextualisée des espèces végétales : la phytosociologie. Cette science s’appuie sur la botanique et vise à nous permettre de comprendre le comportement des espèces, leur "vie sociale", en fonction de leur environnement.
Des problématiques devenues aujourd’hui essentielles si nous souhaitons préserver la diversité du monde du vivant et comprendre les impacts irrémédiables de l’activité humaine sur la faune et la flore : aujourd’hui, une espèce végétale supérieure disparaît chaque année dans nos régions.

Pour cela, quatre grandes missions incombent au CBNBl :

1. La connaissance , l’inventaire :

Identifier, analyser et confronter les connaissances relatives à la flore et aux habitats naturels constituent un premier pilier des missions confiées au CBNBl.

Sur le vaste territoire que constituent le Nord - Pas-de-Calais, la Picardie et la Haute-Normandie, un inventaire mené depuis plus de 30 ans a permis de repérer et suivre plus de 1 500 espèces de plantes, puis d’analyser l’évolution de leur répartition.

Un inventaire, c’est quoi ?

Les inventaires permettent :

  • de recenser l’ensemble des espèces végétales sauvages présentes sur un territoire
  • de dresser des cartes de répartition géographique des espèces
  • d’évaluer la rareté et les menaces qui pèsent sur ces plantes.

Les inventaires botaniques sont réalisés par l’équipe scientifique du CBNBl, qui coordonne également un réseau d’une centaine de botanistes, amateurs ou professionnels. Un réseau de plus en plus actif qui s’organise également, via le dispositif RAIN et des outils tels Digitale2.

Le travail d’inventaire permet de constituer des cartes actualisées de répartition des plantes sauvages, la réalisation de catalogues floristiques et de "livres rouges" où sont recensées toutes les espèces menacées d’extinction.

Des inventaires spécifiques sont également menés, par exemple sur une espèce particulière afin de mieux connaître sa répartition. Couplés à d’autres travaux d’investigation, ils permettent de mieux comprendre sa biologie, ses conditions de germination, ou ses éco-systèmes préférés, ses habitats naturels.

Un habitat naturel, c’est quoi ?

L’habitat naturel d’une plante sauvage est son milieu de vie : le type de climat, de température, d’humidité de l’air, la nature du terrain, les autres espèces végétales avec lesquelles elle cohabite, les espèces animales avec qui elle interagit, ses modes de protection, d’adaptation, de diffusion... toutes ces caractéristiques influent sur la physiologie de la plante et ses modalités de reproduction, de développement ; cela constitue un réel contexte social.
Cette science d’observation globale, de description et de classification de la végétation, complémentaire de la botanique qui s’attache, elle, spécifiquement à l’individu, c’est la phytosociologie.

En établissant la typologie (inventaire et classification) des habitats naturels présents sur un site, le CBNBl évalue son intérêt patrimonial. En effet, certains habitats sont plus rares et/ou plus menacés que d’autres et ont donc davantage d’intérêt à être conservés.
Cette typologie permet également de réaliser des cartes phytosociologiques de végétation. Ce sont des outils de représentation de l’écologie du site.
Elles constituent aussi une photographie précise de l’état de conservation de la nature à cet endroit à un moment donné.

2. La conservation :

Au-delà de l’observation et la compréhension des modes de vie des plantes sauvages, il s’avère nécessaire d’assurer la conservation d’espèces menacées ou en voie d’extinction.
Cette activité de conservation constitue un second pilier des missions confiées au CBNBl.

Conserver, c’est garder une mémoire biologique des végétaux, mais c’est également s’assurer qu’une espèce pourra de nouveau se développer dans des contextes, des environnements différents. Ce souci de maintenir ou de réactiver la biodiversité prend aujourd’hui un sens nouveau et permettra peut-être de corriger certains excès dûs à l’activité humaine.

Conservation... in-situ ou ex-situ ?

Pour conserver, deux grandes méthodes se complètent :

  • le stockage, l’archivage : par la congélation, la dessiccation partielle, des semences sont maintenues en état stationnaire de développement ; leur cycle de vie pourra être ré-enclenché plus tard.
    Le CBNBl stocke 30 millions de graines, représentant plus de 420 "taxons" ou espèces.
    Ce mode de conservation est totalement détaché de l’habitat des espèces concernées : c’est la conservation "ex-situ".
  • la préservation ou le renforcement des capacités d’une espèce à survivre ou se développer en milieu naturel. Il s’agit ici de garantir que le cycle de vie complet de la plante pourra s’effectuer, afin de permettre la reproduction, voire la diffusion de l’espèce. Cela permet notamment de ré-introduire des espèces en voie d’extinction sur un site précis ou de redynamiser sa présence dans un écosystème.
    Ce mode de conservation s’effectue dans le milieu naturel, même s’il est parfois reconstitué : c’est la conservation "in-situ"

Au CBNBl, et en complément de conservations dans d’autres milieux naturels, le Jardin conservatoire remplit cette mission, notamment pour la conservation d’espèces stériles menacées dont la conservation sous forme de graines pose problème, pour la conservation d’espèces ou "taxons" de référence, pour permettre de mieux étudier les cycles de vie d’une espèce particulière, ou encore pour relancer, redynamiser des populations vieillissantes, par la production de nouvelles graines.

3. L’assistance et le conseil :

Troisième pilier des activités du CBNBl : l’accompagnement de décideurs et acteurs du territoire dans leurs politiques et dispositifs d’aménagement du territoire et de conservation du patrimoine naturel végétal.

Grâce à cette expertise de connaissance et de suivi des populations de végétaux, le CBNBl est souvent impliqué dans les principaux dispositifs ou projets d’aménagement, tant pour le conseil qu’il peut apporter en terme de promotion de la biodiversité que pour ses capacités à informer en amont le décideur sur l’état de populations végétales ou sur les menaces d’extinction pesant sur certaines espèces territorialisées.

4. L’éducation, la formation, l’information :

Quatrième pilier, qui constitue la valorisation des connaissances et expertises développées par les trois autres missions : sensibiliser, former, professionnaliser autour des notions de biodiversité et de gestion des habitats naturels.

Une mission qui, plus récemment développée que les autres, permet à un public très large de bénéficier de ces expertises et des espaces proposés sur le site de Bailleul :

  • plusieurs jardins à vocation pédagogique, dont le Jardin des plantes sauvages ; visites libres, semi-guidées ou guidées pour tous publics (en savoir plus)
  • une prairie sauvage, un bois, un observatoire en bois, un verger conservatoire, le sentier de Grande randonnée (GR 128)... Autant d’espaces qui vous permettront d’appréhender diverses facettes de la vie végétale (voir le plan général du site)
  • des conférences, ateliers et temps de formation/sensibilisation, à destination de tout public : scolaires, professionnels de l’environnement, agents de la fonction publique, responsables associatifs, etc.(en savoir plus)
  • des publications régulières : ouvrages, lettre semestrielle professionnelle " Le Jouet du Vent ", la lettre d’infos électronique, des fiches pédagogiques, les catalogues floristiques régionaux, les livres rouges d’espèces menacées, etc. (en savoir plus)
  • l’accès au centre de ressources : une bibliothèque riche de 50 000 références et quelque 700 périodiques, une cartothèque, et l’accès à la base de connaissances Digitale2. (en savoir plus)

----------
Videos
Les 4 missions du CBNBl - F. Hendoux

Les 4 missions du CBNBl - F. Hendoux

----------
Jolie plante
illustrations de pied de page
CBNBl - Hameau de Haendries - F - 59270 Bailleul - Tel. 03.28.49.00.83 - Fax. 03.28.49.09.27 - Mel. infos@cbnbl.org