Le Conservatoire botanique national de Bailleul
Accueil > Nos actions > Aider la préservation de la flore et des habitats naturels > Définir les priorités en matière de conservation
Augmenter la taille des caractères Réduire la taille des caractères Inserez cet article dans votre blog

Evaluer les menaces

Assurer la préservation d’une espèce ou d’une population, au-delà de son suivi (lien vers article suivi), implique l’identification des éventuelles menaces qui pèsent sur elles. Liées à l’activité humaine ou à l’évolution naturelle des milieux et des écosystèmes, ces menaces sont graduées, selon des normes et méthodologies internationales.
L’identification des espèces menacées permet d’orienter et de préciser les programmes et actions mis en oeuvre localement.

Des programmes internationaux, nationaux et locaux définissent des priorités d’action pour la préservation d’espèces menacées.
L’Union internationale pour la conservation de la nature - UICN – pose une méthode internationale standardisée d’évaluation des niveaux de menaces, méthodologie qui est reprise et adaptée aux spécificités des territoires, pays ou régions.

En 2008, un programme d’élaboration de listes rouges d’espèces végétales a été enclenché en France, et décliné aux contextes locaux par chaque Conservatoire botanique national.
Ce programme permet notamment de dresser une liste des plantes menacées, avec évaluation du niveau de menace. Ce travail d’actualisation des listes rouges sera achevé pour nos trois régions en 2011.

L’activité humaine, principale menace

Selon les milieux, les menaces pour les espèces ou populations de plantes diffèrent.
Ainsi, par exemple, la flore sauvage des prairies et des champs s’est considérablement appauvrie et banalisée suite à l’usage généralisé des engrais, herbicides et autres activités agricoles intensives.
La pollution chronique de nos rivières, canaux, fossés et même de nos nappes phréatiques impacte également la flore et les végétations aquatiques et palustres.

Quelques pratiques spécifiques, notamment de gestion différenciée, permettent cependant de préserver ou reconstituer une flore diversifiée, y-compris sur des sites fortement influencés par les activités humaines.
Ainsi, aux abords des routes, c’est encore l’intervention de l’homme qui fait peser des menaces : le fauchage, nécessaire pour raisons de sécurité, est effectué trop fréquemment, ce qui empêche les plantes de fructifier et freine donc la dissémination.
En outre, sans ramassage des produits de la fauche, les végétaux pourrissent sur place, ce qui produit un taux d’azote important, dont bénéficient notamment les orties, mais au détriement par exemple des marguerites qui, elles, ne tolèrent pas un excès d’azote. Ces dernières régressent de fait spectaculairement le long de notre réseau routier.
Des expérimentations de fauche tardive (de préférence avec exportation de la matière organique) commencent à être mises en oeuvre ça et là, pour le plus grand bénéfice de la faune et de la flore.

En 2005, 350 espèces avaient été considérées comme menacées à court ou moyen terme dans la région Nord – Pas-de-Calais ; un volume important car il représente un quart des espèces et sous-espèces indigènes, spécifiques au territoire.
Ce travail d’identification permet de définir et suivre les espèces menacées, puis d’orienter les actions des institutions et gestionnaires d’espaces en faveur de ces populations.
Cela peut se traduire par une concentration de fonds sur des actions spécifiques relatives à une espèce ou un espace, voire par la définition de nouveaux sites protégés (réserves naturelles, réserves naturelles régionales, arrêtés de protection de biotope, etc.). La définition des périmètres des Zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique – ZNIEFF, s’appuie aussi, entre-autres, sur ce travail de hiérarchisation patrimoniale de la flore.

C’est donc une réelle stratégie coordonnée de sauvegarde d’espèces qui est ainsi impulsée et suivie par le CBNBl, en lien avec ses partenaires.


Jolie plante
illustrations de pied de page
CBNBl - Hameau de Haendries - F - 59270 Bailleul - Tel. 03.28.49.00.83 - Fax. 03.28.49.09.27 - Mel. infos@cbnbl.org