VEGELITES : des formations pour mieux connaître les estuaires

le 22 juil 2021
Slack nord grande marée BLONDEL

Dans le cadre du projet VEGELITES, le Conservatoire botanique national de Bailleul et le Parc Naturel Marin des Estuaires Picards et de la Mer d'Opale proposent deux types de formation pour mieux connaître les estuaires, les espèces protégées qui s'y trouvent, leur état de conservation et les menaces qui pèsent sur ces milieux.

  • Une formation à destination des services de l'État (DREAL, DDTM 62, DDTM80), des gestionnaires d'espaces naturels protégés (PNM, PNR CMO, SMBSLGP, EDEN62, Conservatoire du Littoral, etc.) pour mieux connaître les estuaires, les espèces protégées qui s'y trouvent, leur état de conservation et les menaces qui pèsent sur ces milieux.

Mardi 14 septembre à Fort-Mahon-Plage : https://www.eventbrite.fr/e/billets-formation-habitats-et-especes-protegees-etat-de-conservation-et-menaces-162412998651
 

  • Une formation à destination de tous les acteurs travaillant dans les estuaires pour mieux les connaître, découvrir les espèces qui s'y trouvent, comment les préserver et aborder les bonnes pratiques. Plusieurs dates et plusieurs lieux sont proposés pour cette formation :

Jeudi 9 septembre à Saint Valéry-sur-Somme : https://www.eventbrite.fr/e/billets-formation-connaissances-gestion-et-bonnes-pratiques-162433187035

Mercredi 15 septembre à Fort-Mahon-Plage : https://www.eventbrite.fr/e/billets-formation-connaissances-gestion-et-bonnes-pratiques-162435505971

Lundi 20 septembre à Étaples : https://www.eventbrite.fr/e/billets-formation-connaissances-gestion-et-bonnes-pratiques-dans-les-estuaires-162436013489

Ces formations s'inscrivent dans le cadre du projet VEGELITES. VEGELITES est un projet trisannuel novateur qui a pour objectif de cartographier finement les végétations des estuaires situées dans le Parc naturel marin des estuaires picards et la mer d’Opale grâce à un système de télédétection (interprétation d’images satellites) et de définir les pratiques de gestion optimales pour ces végétations et de sensibiliser l’ensemble des publics.

Photo : C. BLONDEL